Thuburbo Majus

Thuburbo Majus

Thuburbo Majus

Article de Boutheina Ayari, Conservateur du Patrimoine à l’INP

Thuburbo Majus appelé aussi Henchir Kasbat est un site archéologique situé au nord de la Tunisie, à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Tunis, près de l’actuelle ville d’El Fahs.  L’essor de la cité antique est lié à la fertilité de son territoire, localisée dans une riche région céréalière de la vallée de catada  (aujourd’hui Oued Miliane) et à l’importance de sa situation géographique qui en faisait un important lieu de passage.

Identifiée au milieu du XIXe siècle, c’est une ville de superficie totale de 120 hectares environ, qui englobe un noyau urbain d’environ 40 hectares dont  7 Ha seulement ont été fouillés.

Histoire de la ville

C’est une cité antique peuplée essentiellement d’une population d’origine libyquequi fut par la suite punicisée puis romanisée. A l’époque romaine, Thuburbo Majus est restée fidèle à ses traditions puniques perceptibles à travers divers éléments de la culture matérielle, sociale et institutionnelle.

Au début du principat, la ville obtint le statut de la cité (ciuitas) puis fut promue en en 128, sous le règne d’Hadrien, au statut de municipium. Le statut le plus prestigieux de colonie honoraire lui fut octroyé par l’empereur Commode en 188, et la ville se nomma désormais Colonia Julia Aurelia Commoda.

C’est surtout au cours du II ème et de la première moitié du IIIe siècle ap.J.-C., que la cité se dota de somptueuses demeures décorées de mosaïques, ainsi que de nombreux monuments publics.

Pendant la période chrétienne, La ville devient un évêché, dont on connaît au moins quatre évêques : Sedatus qui prit part au concile de Carthage (en 256), Faustus qui prit part au concile d’Arles (en 314), saint Cyprien qui participa au concile des Églises de Carthage (en 412), au cours duquel il s’opposa au donatiste Rufinus.

Le siècle des Vandales est marqué à Thuburbo Maius par une ruralisation du centre urbain à travers l’installation d’un nombre considérable (environ une vingtaine) de pressoirs à huile dans des contextes privés et publics.

Pendant la période byzantine, quelques monuments de culte païens se sont transformés en église ; telest le cas du monument dit temple-église. Des maisons dites de basse époque se sont aménagées au nord du capitole dont l’une d’entre elles, au nord-est du capitole, a été exhumé un trésor daté du VIIe siècle.

L’occupation arabe a été attestée, lors de la fouille en 1924, près de l’huilerie du capitole, par la mise au jour d’une dizaine de silos, qui ont délivré de la céramique à vernis noir et vert, ou jaune et vert datant du XIe siècle, ainsi qu’une boite de Khohl en os .

Des monuments de Thuburbo Majus

Les portes

La ville de Thuburbo Maius possédait à l’origine quatre portes monumentales dont trois seulement ont été identifiées sur le terrain : la première est au Nord (l’appellation donnée par les archéologues est « la porte de Carthage »), la deuxième est à l’Est et la dernière qu’on appelle Porte de Dougga se localise au Sud-ouest. Ces portes, dont deux seulement ont conservés leurs structures en élévation, sont construites en pierre de taille de calcaire jaunâtre.

Forum

C’est une vaste place d’une superficie d’environ 1400 m²entourée de portiques de trois côtés construits avec des fûts de colonnes en marbre cipolin dont certains éléments sont visibles sur le site. Le côté Nord-Ouestde cette place est occupé par le capitole devant lequel fut érigé un grand autel en maçonnerie.

Forum

Forum (Crédit photo : INP)

Capitole

 Le capitole est bâtit en 168 et s’élève sur un podium auquel on accédait par une dizaine de marches occupant toute la largeur de la façade. La façade du pronaosest décorée de dix colonnes corinthiennes cannelées et rudentées en calcaire rose. Dans le sous-sol, se trouve une série de salles voûtées dont certaines étaient aménagées en citernes. Sous la cellaqui est entièrement ruinée existe le prolongement du sous-sol qui était divisé en compartiments voûtés en berceau. A une époque tardive, ce sous-sol a été aménagé en huilerie dont subsistent le plateau de pressurage, le contrepoids et des bassins de décantation.

Capitole

Capitole (Crédit photo : INP)

Capitole

Capitole (Crédit photo : INP)

Temple de Mercure

Il est placé sur le côté sud-ouest du forum et son plan rappelle celui des sanctuaires africains de tradition orientale, avec une cour ouverte en avant de la cella. Le pronaos est occupé par un espace central de forme circulaire à sol mosaïqué, entouré de huit colonnes corinthiennes de marbre rouge dont il ne reste en place que les bases et des morceaux des fûts. Ce pronaos dont les murs des côtés sontflanqués de quatre niches semi circulaires communique avec une petite cella très ruinée.

Temple de Mercure

Temple de Mercure (Crédit photo : INP)

Le temple dit de Baalat

Ce temple tétrastyle-prostyle est de plan romain classique temple. Il comprend un pronaos, à quatre colonnes, précédé d’un large escalier composé de dix marches, et au fond une cella rectangulaire dallée de marbre en opus sectileet comprenant la niche qui abritait la statue de la divinité.

L’ensemble s’inscrit dans un enclos à portiques dont l’un des côtés où se trouve l’entrée principale, est de forme demi-circulaire.

Le temple de la paix

En face du temple de Mercure, sur le côté nord-est du forum, s’élève un temple de type oriental issu de la tradition punique, formé d’une cour rectangulaire entourée de portiques qui précède une cella. Au fond de la cella, un baldaquin à colonnes dont il ne subsiste que le soubassement. Il était construit en pierre et abritait la statue de la Paix retrouvée dans les thermes d’été et aujourd’hui au musée du Bardo.

La curie

Face au capitole, une pièce de dimensions réduites pavée en opus sectile a été identifiée en tant que curie, salle de réunion du conseil municipal. Cette identification repose sur l’absence du pavement tout au long des murs latéraux, sur une largeur d’environ 1,5 m, où devraient s’élever les sièges en gradins, probablement en bois.

Le temple-église

C’et un temple de type orientale dont l’entrée qui se situe sur son côté nord ouvre sur une place trapézoïdale qui donne accès à un portique de dix colonnes. Cette cour est percée de trois portes dont l’une au centre représente l’entrée principale et qui donne accès à une cour centrale bordée par un portique sur les trois cotés. La cella est  de forme carrée.

Une partie de temple a été réaménagé au VIe siècle en église chrétienne. Il s’agit d’une basilique à trois nerfs. La cella a été transformée en baptistère dont la cuve est cruciforme et qui fut relié à la basilique par un vestibule à six colonnes. La partie du temple non occupée par l’église a servi de cimetière dont l’une des tombes a livré des bijoux d’une femme datés de l’époque vandale.

Le temple-église

Le temple-église (Crédit photo : INP)

Le temple de Saturne

Il se situe sur la limite extérieure de la cité, tout près de la porte est, sur le mont le plus élevé du site. Le sanctuaire est un temple romain auquel on accédait par un large escalier qui mène au pronaos à quatre colonnes en façade. Au fond, se situe une cella de forme carrée et qui abrite vers le nord une abside ajoutée à une époque tardive.

Le sanctuaire de Caelestis

Dédiée à la prêtresse protectrice de la ville, le temple de Caelestis est situé au nord du temple dit de Baalat. C’est un temple très remanié dont ne subsiste que le pronaos entouré deportiques et de deux exèdres. L’accès à ce monument se fait par trois baies dont celle de milieu porte encore les traces d’un enduit peint. La cella étant totalement détruite.

Parmi les curiosités du site de Thuburbo Maius, figure un règlement qui conditionne l’accès au temple de Caelestis en ces termes : 

Sur l’ordre du seigneur Esculape, Lucius Numisius Vitalis, fils de Lucius, a érigé ce podium de ses propres frais. Quiconque désire de gravir le podium doit, pendant, trois jours, s’abstenir de contact avec les femmes, de la chaire du porc, de fèves, de se couper les cheveux, de fréquenter les bains publics. Il est interdit (aussi) d’entrée au-delà des cancels.

Le sanctuaire de Caelestis

Le sanctuaire de Caelestis (Crédit photo : INP)

Palestre des Petronii

Son nom renvoie à la famille de Petronius Felix qui finança la construction de ce monument en 225. . C’est est un terrain de jeu annexé aux thermes d’été. Il est de forme rectangulaire d’environ 400 m², entouré de portiques sur ces quatre faces. Les colonnes en marbre sont de type corinthien avec des bases et de chapiteaux en calcaire supportant un entablement richement décoré.

Palestre des Petronii

Palestre des Petronii (Crédit photo : INP)

Le marché aux boutiques

Le complexe du marché qui se trouve au voisinage du temple de Mercure, forme   trois cours communicantes, ayant chacune une entrée indépendante sur une rue différente. La première cour est de forme carrée, elle est bordée de portiques sur les quatre côtés.

Sur le côté sud-est s’ouvre la deuxième cour qui est la plus grande.C’est  un espace  qui fait 22.50 m sur 23 m au centre de laquelle un puits a été creusé. Elle est bordée par vingt et une petites boutiques. La dernière cour est  de forme rectangulaire, est dotée de portiques sur tous les côtés.

Le marché aux boutiques

Le marché aux boutiques (Crédit photo : INP)

Basilique du marché

La basilique est constituée d’une nef centrale rectangulaire, entourée par un déambulatoire dont elle était séparée par douze colonnes soutenant douze autres colonnes d’une galerie supérieur. La nef et les annexes conservent encore les traces de leur pavement en mosaïque.

Le Bain du labyrinthe

Il s’agit de petits thermes puisqu’ils couvrent à peine 400 m². De l’esplanade, on pénètre dans une salle de passage qui mène directement à la salle chauffée, une bouche de foyer est percée dans le mur nord-est. Près de l’angle nord, deux petits arcs en plein ceinture permettaient la circulation de l’air chaude.

Le caldarium comportait une grande piscine qui s’étendait le long du coté nord-ouest. Une autre piscine absidale munie d’une cuve circulaire est pavée à l’origine de mosaïque.

En fin, le frigidarium est une grande salle rectangulaire dotée d’une seule piscine.

Les thermes d été

Situées à 100 m au sud du forum, les thermes d’été couvrent une superficie d’environ 2800 m².

L’entrée mène à un vestibule qui donne sur un atrium sur lequel ouvrent le vestiaire et le frigidarium avec ces trois piscines et communiquant avec les salles chaudes.

Le tepidarium (la salle tiède) suivit de l’étuve sèche provoquant la transpiration, puis le destrictarium pour le décrassage avant d’arriver au caldarium la salle au plan tréflé à trois lobes en guise de piscines,

Il se trouve enfin dans le frigidarium avec ces deux piscines, un second tepidarium a été aménagé sur  l’emplacement de la troisième piscine du frigidarium. Des latrines  se sont aménagées sous le portique demi-circulaire qui donne sur une cour en plein air.

Les thermes d été

Les thermes d été

Les thermes d’hiver

On accède aux thermes d’hiver par la rue qui longe le marché. Elles sont de plan asymétrique, couvrant une superficie  d’environ 1600m.

Son plan se compose de plusieurs pièces qui s’organisent autour du frigidarium, cette dernière a été dotée de trois bassins.

Quant au secteur chauffé qui se situe au nord-ouest du bâtiment, il est en mauvais état de conservation.  On peut encore identifier le caldarium placé à l’angle occidental du monument.

Des latrines encore reconnaissables par leur caniveau visible au sol, se situent au sud-ouest du frigidarium.

Les thermes d’hiver

Les thermes d’hiver

L’amphithéâtre

L’amphithéâtre est situé à 300 m au Sud de la cité, sur un mont assez élevé et contigu aux grandes citernes publiques. Il est ruiné, on peut l’identifier  que par sa forme ovoïde, l’arène et une partie de la cavea ont été creusés dans la roche. Le réemploi des plusieurs inscriptions latines permet de situer l’une des phases de ce monument vers la fin du IIIè siècle.

L’amphithéâtre

L’amphithéâtre (Crédit photo : INP)

La maison de Nicentius

Elle est située à l’angle est du forum et doit son nom à la mosaïque du seuil de la baie médiane de l’oecus, qui portait la signature de Nicentius.

C’est une maison à péristyle qui entoure un viridarium. Les chambres disposées tout autour, dont la pièce d’apparat, sont tapissées de mosaïques.

La maison des Animaux liés

Cette maison est située au nord-ouest du forum. Elle doit sa nomenclature à la mosaïque en forme de T du triclinium qui présente des médaillons ornés d’animaux liés.

La maison est organisée autour d’une cour centrale à péristyle sur lequel ouvrent des pièces décorées de mosaïques. Une partie de cette maison a été réaménagée pour accueillir un pressoir à huile.

La maison de Neptune

La maison de Neptune est l’une des maisons les plus conservées de Thuburbo Maius. Elle est située à environ 80 m au sud-ouest du forum, entre la rue des Palmes et la rue de Neptune.

C’est une grande demeure, composée d’un ensemble de pièces s’articulent autour d’un péristyle rectangulaire. L’oecus principal dans l’aile sud-ouest ouvre sur un bassin demi-circulaire pavé de mosaïque représentant Neptune.

La maison de Neptune

La maison de Neptune (Crédit photo : INP)

La maison des Protomés

Cette maison est située à environ 70 m au sud-ouest des thermes d’été dans le quartier ouest, est-elle formée de deux secteurs dont chacun renferme trois espaces d’apparat.

Le secteur des Protomés qui est situé au sud-est comprend un ensemble de pièces articulées autour d’un péristyle à quatre portiques. La salle située au fond de l’aile sud-est était chauffée par un foyer placé au milieu de son mur sud-ouest.

Quant au secteur du Trifolium, il est caractérisé par la présence d’une salle trifoliée, un  péristyle ouvrant sur un patio avec une piscine rectangulaire flanquée de deux basins semi circulaires  pour aboutir  enfin à  un grand oecus.

La maison du Char de Vénus

Cette maison est située sur la même rue qui donne sur la porte ouest, elle doit son nom à une mosaïque retrouvée dans l’une de ces pièces. Elle est de plan africain romain typique avec une cour centrale autour de laquelle ouvrent les pièces pavées de mosaïques

La maison du Char de Vénus

La maison du Char de Vénus – mosaïque retrouvée dans l’une de ces pièces

Bibliographie

  1. Alexander, A. Ben Abed et S. Besrour, 1980, Corpus des Mosaïques de Tunisie. Thuburbo Majus. Les mosaïques de larégion du forum, II, 1, Tunis.
  2. Ben Abed, M. Ennaifer, M.  Spiro, M.  A.  Alexander, D.  Soren, 1985, Corpus des Mosaïques de Tunisie. ThuburboMajus. Région des grands thermes, II, 2, Tunis.
  3. Benzina Ben Abdallah, 1992-1993, « À propos d’une inscription de Thuburbo Maius, CIL, VIII, 842 », Africa, 11-12, p. 61-64.
  4. Desanges, 1959, Deux inscriptions de Thuburbo Majus, Les Cahiers de Tunisie, p. 275-279.
  5. Drappier, 1920, « Les thermes de Thuburbo Majus », BCTH, p. 55-75.
  6. L. Feuille, 1950, « Thuburbo Majus », Bulletin économique et social de la Tunisie, Tunis, p. 77-110.
  7. Lézine, 1968, Thuburbo Majus, Tunis.
  8. Maurin, 1967, « Thuburbo Majus et la paix vandale », Les cahiers de Tunisie, p. 225-254.
  9. Merlin, 1916, « Les inscriptions des thermes d’été de Thuburbo Majus », BCTH, p. 41-50.
  10. Merlin, 1917, « Fouilles à Thuburbo Maius en 1916 », CRAI, p. 67-77.
  11. Merlin, 1922, « Le forum de Thuburbo Majus », Notes et documents, Tunis.
  12. Merlin, 1933, « L’histoire municipale de Thuburbo Majus », dans Ve congrès international d’archéologie (Alger, 14-16 avril1930), Alger, p. 205-225.
  13. Poinssot, 1915, « Trois inscriptions de Thuburbo Majus », CRAI, p. 325-332.
  14. Poinssot et R. Lantier, 1925, « Notes sur les fouilles de Thuburbo Majus », BCTH, p. LXXI-LXXXVI.

 

Share this content:

Ali DABBAGHI
Ali DABBAGHI

Ingénieur Général spécialiste des systèmes d'information et de communication, مهندس عام في نظم المعلومات والاتصالات General Engineer information and communication systems

© 2010-2021 Institut National du Patrimoine Tunisie, 04, place du château 1008 Tunis المعهد الوطني للتراث، 04 ساحة القصر باب منارة 1008 تونس Tél. +216 71 561 622, Fax : +216 71 562 452 Inc. Tous Droits réservés. Web Master

RSS
Follow by Email