La ville de Salakta

La ville de Salakta

Article de Boutheina Ayari, Conservateur du Patrimoine à l’INP

Sullecthum

Introduction

Salakta est un village du Sahel Tunisien situé sur la côte sud de la ville de Mahdia à cinq kilomètres de Ksour Essef. Son nom est dérivé du toponyme latin Sullecthum.
C’est une ville portuaire qui s’est étendue autour d’un promontoire appelée Cap Salakta. Cette position stratégique lui a permis de connaitre une prospérité et de nouer des relations avec toutes les provinces maritimes de l’empire romain. Les habitants de Sullectum ont aussi développé les activités de la pêche et de la transformation des produits halieutiques.

image002-1024x683 La ville de Salakta

Mosaïque trouvée sur la place des corporations à Ostie, représente un phare, deux navires et deux dauphins attaquant un crabe Entre les deux, le texte [NAVIC]VLARI SYLLECTI[NI]. Il s’agit bien de la ville de Sullecthum. (d’après https://www.ostia-antica.org/dict/topics/origin/presentation/origin-sullecthum.htm)

Aujourd’hui, la ville abrite un petit musée de site construit dans les années 1980 exposant les objets provenant de l’ancienne ville de Sullecthum et d’autres agglomérations avoisinantes.

Histoire  

La date précise de sa fondation qui remonte fort probablement à la période préromaine reste encore indéterminée bien que l’occupation préhistorique fût attestée dans l’arrière-pays (autour d’El Alia). 
Pour la période romaine, et dans l’état actuel de nos connaissances, aucun témoignage épigraphique ou littéraire ne mentionne le statut juridique, et d’après les quelques témoignages épigraphiques Sullecthum  avait à la fin du IIe ou le début du IIIe siècle apr. J.-C  le statut de la colonie honoraire.
C’est entre le début du second siècle que la cité a connu un développement urbain important grâce à la production des Salsamenta et du Garum, mais aussi grâce à un port important dans les circuits d’échanges.
On connaît peu de choses sur l’histoire de la ville durant la période chrétienne. La présence chrétienne est attestée par quelques épitaphes mais aussi par la présence des catacombes de ‘Ghar Edhbaa’ situées à quelques kilomètres au sud de Salakta, L’évêque d’Hippone indique qu’en 394 cet évêché est occupé par le donatiste maximianiste Martianus ou Marcianus episcopus sullectinus.  A l’époque byzantine, une forteresse fut édifiée dans le quartier des thermes et des usines de salaison.
Lors de la transition entre l’Antiquité tardive et le Moyen-âge, la région était impliquée dans la conquête musulmane au VIIe siècle, Sous les Zirides, Salakta, est devenue un lieu de chasse et de plaisance pour les princes venant de Mahdia, mais conserva son rôle défensif grâce à son fortin qui abritait le quartier général d’un chef militaire responsable de la sécurité de la région.
  Salakta perdit graduellement son rôle de ville, notamment avec l’invasion hélalienne et la chute de Mahdia, au profit du village voisin, Ksour Essef, à partir du XIIIe siècle.

Les monuments :

Les structures archéologiques de Sullecthum demeurent peu connues. Les vestiges archéologiques visibles sont éparpillés le long de la côte. On rencontre, une nécropole romaine au voisinage de la mer à Ras Chebourou, des vestiges d’un port et d’une usine de traitement de poissons ainsi qu’un fort d’âge byzantin à Ras Lebled, des traces de fours de potiers et des catacombes et enfin des tombes mégalithiques en direction d’El Alia. Le centre économique et stratégique de la cité semble se situer au niveau de Ras Lebled où on trouve le port.

Monuments libyco-puniques de la région :

Cette région présente un ensemble funéraire comprenant des tombes de tradition punique avec des tombes dolméniques libyques qui se situe au sud de la ville de salakta,  constitué essentiellement par deux nécropoles dont la plus imposante est celle de la ligne littorale Salakta/ Hr. El Alia et vers le nord-ouest celle de Ksour Essaf.

i. Structures funéraires de la ligne Salakta 

Elle se situe à 500 m au sud-est des grandes catacombes de Salaktaة constituée d’une centaine de monuments appartenant au type des dolmens à enceintes concentriques couverts par des Tumulus et aux structures composites.
image003 La ville de Salakta

D’aprés Sullecthum/ Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale.

 
 
– Dolmens à enceintes concentriques couvertes par des tumuli : 
Les chambres funéraires de ces dolmens sont de forme rectangulaire avec une partie Inférieure creusée dans le tuf.  La couverture est assurée par des assiettes de grandes pierres.
image004-300x280 La ville de Salakta

D’aprés Sullecthum/ Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale

 
-Structures composites
Ces monuments combinent deux styles d’architecture de cultures différentes libyques et puniques.  Les chambres funéraires de ces monuments et les puits de descente appartenant au répertoire des tombes à puits de tradition punique alors que le cercle de pierres appartient au répertoire des monuments mégalithiques libyque autochtone. 
 

ii. Nécropole de Ksour Essaf

  Elle se trouve au nord de Hmadet-El-Hammam, parallèlement à la route dépendant de Mahdia à la Chebba renfermant trois tombes à puits qui se répartissent comme suit : 
– Un Dolmens construits avec puits de descente couverts par des tumuli : 
L’accès à la chambre funéraire de ce dolmen se fait à partir d’un puits de descente, la baie d’accès du puit est fermée par une dalle coulissante qui devait être encastrée et glissée dans deux rainures.
 
image005-300x210 La ville de Salakta

D’aprés Dans Sullecthum/ Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale

 
– Deux Dolmens doubles semi-construits couvert par un tumulus : 
Il s’agit de deux dolmens typiquement autochtones combinant deux techniques de construction différentes : la chambre funéraire est en partie construite et en partie creusée dans la roche. Les dolmens sont à chambres doubles avec des murs de séparation bâtis. Chacune de ces chambres est couverte par une énorme dalle apparente, le tout est couvert par un tumulus très bas 

Le port 

image006 La ville de Salakta

D’après Sullecthum/ Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale / (p 18)

 
Qui’ il soit romain ou punique, le choix du site de Ras Lebled montre une ingéniosité de ces fondateurs et d’une bonne connaissance des caractéristiques du milieu littoral, Ce qui est certain, c’est que ce port a permis à la ville de recevoir des navires de grande taille et de développer ainsi un important réseau commercial . Il est équipé d’une jetée dont il ne subsiste que des blocs en maçonnerie submergés qui peuvent se suivre en mer jusqu’à plus de vingt mètres du trait de côte. 
 
image007 La ville de Salakta

Sullecthum/ Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale / (pp. 77 – 92)

 
image008-300x244 La ville de Salakta

Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale / (pp. 77 – 92)

Les catacombes

 
image009-300x201 La ville de Salakta

https://www.ostia-antica.org/dict/topics/origin/presentation/origin-sullecthum.htm

 
À environ 2,7 kilomètres au sud-ouest du port, non loin de la côte, des catacombes ont été découvertes en 1885-1886. Quatre galeries et une salle absidiale ont été trouvées, avec des centaines de loculi, taillés dans la roche sur les parois. 
On pénètre dans le monument par des escaliers qui mènent à l’entrée principal qui se présente en forme ovale., cette entrée est munie d’un escalier de six marches menant directement aux galeries. 
 
 La ville de Salakta

Localisation des catacombes de salakta
Image google hearth

 
Les galeries de cette catacombe sont creusées dans le roc et dotées de lucernaires, dont deux d’entre elles existent encore. Elles sont en revanche suffisamment larges atteignent parfois 2.35m . Ces galeries rappellent les galeries de la catacombe chrétienne de Sabratha. Actuellement un bon nombre de galeries sont pratiquement impénétrables.
Plusieurs loculi d’adultes et d’enfants sont aménagés dans le couloir principal, superposées sur deux à six étages. Sur la longueur de la galerie, le sol lui-même était creusé de tombes couvertes de dalles de calcaire.  

Les bassins de salaisons

Les bassins de salaisons est un complexe industriel de conservation ou de salaison de poisson Salsamenta et de fabrication de garum ; sorte de liqueur extraite par macération des viscères de certaines espèces de poissons dans une solution salée et aromatisée couteuse et très appréciée sur la table des riches.
Ce secteur été mis au jour à Salakta en 1963, lors de l’aménagement d’une route longeant la côte. Reconnaissables grâce à leur mode de groupement en série parallèle et perpendiculaire comprenant des cuves de salaisons, des citernes d’emmagasinage et des thermes.
image011 La ville de Salakta

D’aprés  Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale

Les cuves de la fabrique sont de dimension réduite, de forme rectangulaire avec des angles arrondis creusés en partie dans la plateforme rocheuse alors que la partie construite est faite en moellons. Certaines sont équipées sur l’un des quatre côtés d’une niche rectangulaire ou semi cylindrique, afin de récupérer les résidus du poisson salé. Plusieurs indices suggèrent que les thons et les maquereaux étaient le produit de base des sauces de poissons produites dans des salaisons de Salakta.
D’après Pline l’Ancien le meilleur garum est fabriqué avec les viscères du thon ou du maquereau fabriqué à son époque dans les salaisons de Carthago Spartaria.
image012 La ville de Salakta

D’aprés Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale

Le Musée

image013-300x188 La ville de Salakta

Le Musée

Le musée archéologique de Salakta est un petit musée créé en 1980, à côté d’une nécropole romaine composée de tombes à caissons. Ce musée comprend essentiellement des œuvres archéologiques provenant de l’antique Sullectum, et d’autres agglomérations côtières avoisinantes.
image014-300x225 La ville de Salakta

https://www.ostia-antica.org/dict/topics/origin/presentation/origin-sullecthum.htm

 
La visite s’ouvre sur un panneau de mosaïque reproduisant un poème qui célèbre les bienfaits des baignades et les plaisirs de la vie. 
image015-300x225 La ville de Salakta
EN PERFECTA CITO BAIARV(m) GRATA VOLVPTAS
VNDANTESQUE FLVVNT AQ(uae) SAXI DE RVPE SVB IMA
NISIBUS HIC NOSTRIS PROSTRATVS LIBOR ANHELAT
QVISQVIS AMAT FRATRVM VENIAT MECVMQ(ue) LAETETVR
Traduit ainsi : 
Ici s’accomplit rapidement le charmant plaisir du bain.
Et l’eau ondoyante coule au pied du rocher.
Par nos efforts ici accablés, l’envie s’essouffle.
Celui de mes frères qui aime, qu’il vienne avec moi se réjouir.
 
Puis, au fond de la salle se distingue un pavement de mosaïque qui provient des fouilles de la maison d’un marchand à Salakta, représentant un lion, qui constitue de part ses proportions une œuvre majeure dans la mosaïque tunisienne.
image016-300x225 La ville de Salakta
La mosaïque du lion mesurait 5,64 mètres sur 5,48 mètres. Elle représente simplement un lion gigantesque sur son profil gauche de 4,50 mètres de longueur, Il est donc à peu près deux fois plus grand que nature. Le réalisme de cette mosaïque est extraordinaire.
image017-300x239 La ville de Salakta
La deuxième mosaïque représentant Sullecthum comme port dominant dans la Piazza dei Corporazione di Ostia, le plus important port romain du IIe siècle après J.C. Le phare de Sullectum semble avoir servi de modèle pour la construction du minaret de Kairouan.
Une deuxième salle expose des d’amphores de l’époque préromaine à l’époque byzantine. Quelques-unes comportant des timbres et des marques comportant des abréviations. Ces timbres font référence à des données de toponyme et d’onomastique. L’un de ces timbres découvert ces dernières décennies semble donner le nom de coloni]a su[ll(ectum) ?].  
D’après : Nacef ( J.), 2007 : Note préliminaire sur la production de la céramique dans la région de Salakta et Ksour Essef, dans In Africa et in Hispania
image019-300x114 La ville de Salakta
 
image020-300x102 La ville de Salakta

Bibliographie

• Despois ( J.), 1955 : La Tunisie orientale : Sahel et Basse Steppe, Étude géographique, Paris, 1955.
• Gadhoum (A.), 2010 : Etude des ports et des sites côtiers antiques de la côte orientale de la Tunisie. Etude économique à partir des données archéologiques, Thèse de Doctorat, Aix-enProvence, 2010.
• Hannezo (G.), 1890 : Note sur Sullectum et sa nécropole, BCTH, 445
• Morel-Deledalle (M.), 1980 : L’édifice au lion de Sullecthum (Tunisie), Africa, VII-VIII, 55-115.
• Nacef ( J.), 2007 : Note préliminaire sur la production de la céramique dans la région de Salakta et Ksour Essef, dans In Africa et in Hispania : études sur l’huile africaine (Instrumenta 25). Barcelone, CEIPAC, 41-54. 2015 : La production de la céramique dans la région de Salakta et Ksour Essef (Tunisie), Roman and Late Antique MediterraneanPottery 8, Oxford, Archeopress, 2015.
• Paskoff (R.) et Trousset (P.), 1990 : Les sites submergés de Tunisie, dans Thracia Pontica IV (Sozopol oct. 1988), Sofia, 367-384. Peacock (D. P. S.), 
• Slim et al., 2004 : Slim (H.), Trousset (P.), Paskoff (R.) et Oueslati (A.), avec la collaboration principale de Bonifay (M.) et Lenne ( J.), le littoral de la Tunisie : Étude géoarchéologique et Historique, Paris, 2004.
• Deledelle (M.), 1982 : « L’édifice au lion de Sullecthum (Tunisie)», Africa, 6-7, 55-116.
• Hannezo (G.), 1890 : « Notes sur Sullecthum et sa nécropole », BAC, 445-448. 1890.
• Hamrouni (R.), Mani (T.) et Mrabet (A.), 2014 : « Nouvelles découvertes de marques amphoriques à Sullecthum ( Salakta, Tunisie) », Estudios sobre el Monte Tertaccio (Roma) VI, Barcelone, 629-681
• Novak D. (1898), « Note sur la nécropole phénicienne de Henchir El-Alia », BAC, p. 343-348.
• R. du Coudray de la Blanchère, “Antiquités chrétiennes de Leptis, de Sullecthum et de Taphrura”, CRAI 31,1 (1887), 90-94.
• A. Beschaouch, “Échec à l’Envieux, d’après une inscription métrique découverte dans des thermes à Sullecthum en Tunisie”, RendLinc 23 (1968), 59-68.
• B. Caron, “La bibliographie analytique de Sullecthum”, Cahier des études anciennes 22 = Sullecthum 1 (1989), 7-38.
• B. Caron, “Le dossier épigraphique de Sullecthum”, Cahier des études anciennes 22 = Sullecthum 1 (1989), 39-44.
1999, 235-239.
• A.I. Wilson, “Developments in Mediterranean shipping and maritime trade from 200 BC to AD 1000”, Maritime Archaeology and Ancient Trade in the Mediterranean, Oxford 2011, 33-59.
• D.L. Stone, “The pottery of Sullecthum (Salakta), a major N African producer and supplier (review of J. Nacef – Cl. Capelli, La production de la céramique antique dans la région de Salakta et Ksour Essef (Tunisie), Oxford 2015)”, JRA 30 (2017), 763-767.
• R. Ghaddhab, “Centuriation et statut juridique de Sullecthum (Salakta)”, Dialogues d’histoire ancienne 44,1 (2018), 75-110.
• J. Nacef, “À propos de la vaisselle commune et culinaire produite sur l’atelier de potier à El Maklouba (Région Ksour Essef-Tunisie)”, Sullecthum-Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale, Sousse 2019, 121-136.
• S. Karaoui, “Contribution à l’histoire économique et sociale de Sullecthum/Salakta à partir des mosaïques”, Sullecthum-Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale, Sousse 2019, 137-148.
• R. Kaabia, “Remarques sur l’apport de l’épigraphie latine pour la connaissance de la société de Sullecthum à l’époque romaine et tardo-antique, Sullecthum-Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale, Sousse 2019, 149-163.
• O. Ben Aïcha, “Les catacombes de Salakta: un monument funéraire d’époque chrétienne?”, Sullecthum-Salakta et ses environs à l’époque antique et médiévale, Sousse 2019, 165.

Share this content:

Ali DABBAGHI
Ali DABBAGHI

Ingénieur Général spécialiste des systèmes d'information et de communication, مهندس عام في نظم المعلومات والاتصالات General Engineer information and communication systems

© 2010-2021 Institut National du Patrimoine Tunisie, 04, place du château 1008 Tunis المعهد الوطني للتراث، 04 ساحة القصر باب منارة 1008 تونس Tél. +216 71 561 622, Fax : +216 71 562 452 Inc. Tous Droits réservés. Web Master

RSS
Follow by Email