Macthar

Macthar

Macthar
Makthar, l’antique Mactaris est situé à 160 km au sud-ouest de Tunis  à plus de 900m d’altitude.
L’installation de la vie humaine dans la région de Mactaris est très ancienne, les premiers témoignages remontent vraisemblablement au VIIIe millénaire comme le laisse penser les nombreuses escargotières découvertes. Mais la création de la ville proprement dite ne daterait que du Ve siècle avant J.-C.
Les témoignages de cette période sont l’existence au sud du site d’une série de monuments mégalithiques.
Au IIIe siècle avant J.-C., la ville qui faisait partie du royaume Numide collabora sous l’impulsion du Roi Massinissa (202-148 avant J.-C.) avec les puniques de Carthage -Cette alliance permettra une grande évolution de la ville dans tous les domaines: économique, social, artistique, religieux.
L’époque romaine, Makthar sera un bel exemple de résistance à la romanisation contrairement à la plupart des régions du pays. Elle obtiendra même l’autonomie contrairement à la plupart des régions du pays. Elle obtiendra même l’autonomie politique en 46 et deviendra au début du IIe siècle le chef lieu d’une circonscription englobant plus de 60 cités. C’est sans doute à partir de cette période que Makthar se romanise comme le laisse croire l’aménagement du forum avec le grand arc de triomphe dédié à l’empereur Trajan entre 116 et 118 après J.-C. La romanisation se confirmera avec l’accession de la cité au statut de colonie (entre 176 et 180).
C’est sans doute au IIIe siècle qu’elle vivra une période de prospérité et plusieurs monuments furent érigés: Les thermes publics au sud du forum, une grande maison dont le sol était entièrement recouvert de mosaïques…
D’autres vestiges de l’époque romaine sont encore visibles sur le site: La schola des JUVENES, le monument à auges, les petits thermes, le monument funéraire de Benenata, l’amphithéâtre et l’arc de triomphe marquant l’entrée de la ville antique.
Quand à la période chrétienne, la ville avait un évêque déjà au début du IIIe siècle et des églises furent construites comme on peut le voir encore sur le site dont une avec un baptistère.
Avec l’occupation du pays par les Vandales, en 439 Mactaris fera partie du domaine royal jusqu’à la reconquête byzantine en 533. C’est à cette période que furent fortifiés plusieurs monuments dont un quantier au sud du forum, ainsi q’une partie des thermes publics…
Avec la conquête musulmane au milieu du VIIe siècle, Mactaris vivra une période de déclin mais  ne sera totalement abandonnée qu’au XIe siècle.

Artcile 

L’Article sur Makthar, ci-dessous , vient de l’Encyclopédie Berbère, L’Auteur : Mansour Ghaki, chercheur archéologue.

 

Bibliographie

 Camps, G., Aux origines de la Berbèrie. Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris 1961.

Camps, G., Corpus des poteries modelées retirées des monuments funéraires protohistoriques de l’Afrique du nord, Paris 1964.

Ch. Monchicourt, «Le massif de Mactar, Tunisie centrale», Annales de géographie, vol. 10, no 52, ‎ 1901, p. 346-36.

Chabot, J.B., Recueil des inscriptions libyques (RIL) Paris 1940.

Duval, N., Fayolle, V., La poterie modelée du Maghreb oriental, CNRS, Paris 1992.

Fayolle V., La poterie modelée du Maghreb oriental, CNRS, Paris, 1992.

Février J., Fantar  M.H., « Les nouvelles inscriptions monumentales néo-puniques de Mactar », Karthago 12, 1965, 43-59.

Février J. G., « La borne de Micipsa », Cahiers de Byrsa VII, 1957, 119-121.

Février J. G., « La grande inscription dédicatoire de Maktar », Sémitica, 6, 1956, 15-31.

Françoise Prévot, « Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Mactar. 1, la maison de Vénus », BEFR, no 34,‎ 1984.

Gascou, J., La politique municipale de l’empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Severe, Paris 1972, 147-151.

Ghaki, M., « La céramique modelée du nouveau mégalithe » Reppal XI, 1999, 95-124.

Ghaki, M., « Le nouveau monument mégalithique de Makthar, rapport préliminaire », Reppal X, 1998, 63-72.

Gilbert Charles-Picard, « Civitas Mactaritana », Karthago, vol. 8,‎ 1957.

Gilbert Charles-Picard, « Essai d’interprétation du sanctuaire de Hoter Miscar à Maktar », BAC 18B,‎ 1982 (1988), p. 17-20.

Gilbert Charles-Picard, « Les fouilles de Mactar (Tunisie). 1970-1973 », CRAI, vol. 118, no 1, ‎ 1974, p. 9-33.

Gilbert Charles-Picard, «Mactar», Bulletin économique et social de la Tunisie, ‎ juillet 1954, p. 63-78.

Gilbert Charles-Picard, « Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Mactar. 1, la maison de Vénus ; 1, stratigraphies et étude des pavements », BEFR, no 34,‎ 1977.

Laasère, J.M., Ubique populus, Paris 1977.

Leglay, M., Saturne Africain, Monuments, Paris 1960.

Lepelley, C. Les cités de l’Afrique romaine au Bas Empire, 2 tomes, Paris 1979 et 1981, t. II, 289-295.

M’Charek A., « De Zama à Kairouan : La Thusca et la Gamonia », dans Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Hommage à P. Salama, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 139-183.

Mandouze, A., Prosopographie chrétienne du Bas empire, Afrique pp. 303-533, CNRS – Paris 1982.

M’Charek A., Aspects de l’évolution démographique et sociale à Mactaris aux IIe et IIIe siècles apr. J.-C., Tunis, Université de Tunis, 1982.

Mcharek, A., Aspects de l’évolution démographique et sociale à Mactaris aux IIéme et IIIème siècles ap.J.C., Tunis 1982

M’hamed Hassine Fantar, « Les nouvelles inscriptions monumentales néopuniques de Mactar », Karthago, vol. 12,‎ 1963-1964, p. 45-59.

Mtimet, A. – Mcharek, A., « Données nouvelles sur l’abandon d’un dolmen de Mactaris », Cahiers de Tunisie XXX, 1982, 5-18.

Mtimet, A., « Atlas protohistorique de Tunisie, feuille de Mactar, 1/200 000 ème », Africa VII/VIII, 1982, 7-54.

Nicolet, c., Rome et la conquête du monde méditerranéen, vol. 2 Genèse d’un empire, chapitre 2 : Les guerres puniques, 594-626.

Pauphilet, P., « Monument mégalithique de Maktar », Karthago IV, 1953, 49-83.

Picard G. C. et al., Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Mactar, I, La maison de Venus, Rome, coll. EFR, 34, 1977.

Picard G. C., « Civitas Mactaritana », Karthago VIII, 1957.

Picard G. C., « Mactar », Bulletin économique et social, juillet 1954, no 90.

Picard G. C., Mahjoubi A., Beschaouch A, « Pagus Tuscae et Gunzuzi », CRAI, 1963, 124-130.

Picard, G.C., « Essai d’interprétation du sanctuaire de Hoter Miscar », BAC 18B, 1982 (1988), 17-20.

Prevot F., Recherches franco-tunisiennes à Mactar, V, Les inscriptions chrétiennes, Rome, coll. EFR, 1984.

Sznycer M., « Antiquités et Epigraphie nord-sémitique », Annuaire de l’EPHE, IVe section, 1975 et 1977.

Sznycer, M., « Quelques observations sur la grande inscription dédicatoire de Mactar », Sémitica 28, 1972, 25-36.

Macthar
 
Macthar
 
Macthar
 
Macthar
 
Macthar
 
Macthar
 
Macthar
 
Macthar

Share this content:

Ali DABBAGHI
Ali DABBAGHI

Ingénieur Général spécialiste des systèmes d'information et de communication, مهندس عام في نظم المعلومات والاتصالات General Engineer information and communication systems

© 2010-2021 Institut National du Patrimoine Tunisie, 04, place du château 1008 Tunis المعهد الوطني للتراث، 04 ساحة القصر باب منارة 1008 تونس Tél. +216 71 561 622, Fax : +216 71 562 452 Inc. Tous Droits réservés. Web Master

RSS
Follow by Email